fenetre sur nuit

Publié le par une libraire inattendue

Ce matin j'ai ouvert 

"fenêtre sur nuit"

de Jean Michel Delambre

 

j'y ai découvert

           la profondeur d'un texte,  comme un ciel d'orage, lourd , menaçant, d'une réalité présente; des murs, une prison, encore et encore des murs de pierre, de rêve et  de sensualité.

           La rage d'exister à l'abri des mots craquants et frais comme une première salade du printemps que l'on déguste au soleil ,sur la terrasse exposée au sud; des mots qui vous donnent envie d'en reprendre, des mots comme un onguent  sur les stigmates  de votre propre hiver.

            Des mots doux et suaves comme ces fraises à la chair exquise  qui  font la bouche rose et sensuelle.

           Et cependant, un petit goût d'amertume, un peu acide ,  parfum subtile  mais bien présent de la roquette ajoutée au plat, la pointe de saveur qui  empêche de sombrer dans l'imbécile béatitude.

           L'amour violent et caressant.  L'envie d'en finir. L'émerveillement de la rencontre.

            Bref, des nouvelles écrites à l'aquarelle sur papier mouillé.

 

 

Commenter cet article